Lille. Une cérémonie d’hommage aux « 1 700 morts dus à la pollution dans la métropole » ce jeudi 10 janvier

Action symbolique ce jeudi 10 janvier 2019 à Lille (Nord) : plusieurs associations organisent une cérémonie d’hommage aux « 1700 morts dus à la pollution dans la métropole en 2018 ».

C’est une manifestation pacifique censée marquer les esprits. Ce jeudi 10 janvier 2019, plusieurs associations se réunissent devant le siège de la Métropole européenne de Lille (Nord) pour une cérémonie d’hommage aux « 1700 victimes de la pollution de l’air en métropole lilloise en 2018″.

En 2018, selon des données officielles, notre Métropole a dépassé au moins 60 fois le seuil journalier maximum de particules fines inférieures à 2,5 micromètres alors que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande de ne pas le dépasser… plus de 3 fois par an », lancent les organisateurs  : Amis de la Terre – Nord, Action Non-Violente COP21 et Alternatiba Lille

Le chiffre de 1700 est en réalité une estimation du nombre de personnes qui seraient « décédés prématurément parce que cette pollution a provoqué ou aggravé des pathologies respiratoires ou cardio-vasculaires ».

Séminaire sur… la santé environnementale

La date n’a pas été choisie au hasard. L’action est prévue de 8 h 30 à 9 h 30 alors qu’au même moment s’ouvrira un séminaire organisé par la Métropole européenne sur le thème de la santé environnementale.

Le but n’est pas de perturber la tenue de cet événement qui va dans le bon sens, mais de montrer aux participants, et notamment à nos élus, les tragédies causées tous les jours par l’inaction contre la pollution de l’air », assurent les associations organisatrices.

Elles appellent à participer en se rendant sur place habillés de noir, lunettes noires.

Revendications

Les associations Amis de la Terre – Nord, Action Non-Violente COP21 et Alternatiba Lille ont plusieurs revendications face à la pollution.

Côté transport, ils réclament « une politique de développement très ambitieuse des transports en commun, des modes de déplacement doux et du covoiturage ».

Et une mesure immédiate : la gratuité des transports publics pendant les pics de pollution, dès le seuil d’information et de recommandation atteint, de façon systématique, dès 2019, et la pérennisation de la mesure par son intégration dans le Plan Climat Air Energie Territorial de la Métropole.

Ils réclament aussi que soit revu en profondeur le Plan Local d’Urbanisme en cours d’enquête publique afin de mettre un terme à l’étalement urbain et aux projets routiers.