CES PISTES POUR FAIRE TRAVAILLER LES SENIORS PLUS LONGTEMPS

Dans un rapport publié mercredi 11 septembre, le Conseil économique, social et environnemental (Cese) alerte sur les mauvais résultats au niveau de l’espérance de vie en bonne santé et l’emploi des seniors. Il propose des solutions, désormais sur la table du gouvernement.

En 2017, plus de 377.000 seniors ont dû cumuler retraite et activité salariée

 

Emmanuel Macron a prévenu, il veut inciter les Français à travailler plus longtemps.

Logique, selon l’exécutif, alors que l’on ne cesse de gagner en espérance de vie. Le rapport sur l’état de la France en 2019, publié ce mercredi 11 septembre par le Conseil économique, social et environnemental (Cese), met plusieurs bémols à cette démonstration. Il fait ressortir deux critères à prendre en considération : l’espérance de vie en bonne santé et l’emploi des seniors. Si l’on prend le premier, il est plutôt défavorable à la France. Citant des chiffres de l’Insee, le rapport rappelle qu’en 2017 – dernières données disponibles -, l’espérance de vie en bonne santé était stable, à 62,6 ans pour les hommes, et augmentait légèrement pour les femmes, à 64,9 ans. Ce, alors que les moyennes européennes sont respectivement de 63,5 et 64,2 ans. Des chiffres qui nous placent bien loin du champion en la matière, à savoir la Suède (73,3 ans pour les femmes, 73 ans pour les hommes).

Pour que la situation s’améliore, le Cese préconise de s’inspirer des modèles mis en place en Espagne et en Suède. Là-bas, existe selon lui une meilleure articulation des systèmes sanitaires et médico-sociaux. Il insiste aussi pour que l’accent soit mis sur le volet prévention. Pour cette instance paritaire, il s’agit d’un problème plus global. L’environnement, le logement ou encore les conditions de travail ont un impact sur cette espérance de vie en bonne santé. C’est pour cette raison que, selon le rapport, “les objectifs de prévention, de promotion de la santé et d’accès aux soins doivent imprégner toutes les politiques publiques, tant nationales que territoriales”. Les pouvoirs publics doivent mieux connaître ceux qui ont une faible espérance de vie en bonne santé afin d’ajuster leurs actions. Le Cese demande ainsi que cet indicateur soit décliné par groupes socio-démographiques comparables, c’est-à-dire en terme de niveau de vie et d’âge, mais aussi par région.

Autre point sur lequel alerte le Cese, le problème de l’emploi des seniors. Une situation qui ne plaide pas forcément en faveur d’un allongement de la durée de vie active. Si les plus de 50 ans sont plus nombreux à être aujourd’hui en emploi qu’il y a dix ans, “cette catégorie d’âge a toutefois vu son taux de chômage augmenter pendant la crise. Surtout, les seniors éprouvent de plus grandes difficultés à retrouver un emploi et sont donc durement touchés par le chômage de longue durée et de très longue durée”, pointe le rapport.

Le constat est sans appel lorsqu’un salarié de plus de 50 ans se retrouve au chômage. Il rencontre alors toutes les difficultés à retrouver un emploi et s’inscrit alors dans un chômage de longue durée. Les chiffres le démontrent : les seniors représentent 64% des chômeurs de longue durée. Pour favoriser l’emploi des seniors, le Cese préconise de conduire “une évaluation des plans de départs volontaires et des plans de rupture conventionnelle collective”. Cela permettrait ainsi de voir si ces outils ne sont pas essentiellement utilisés pour se séparer des salariés âgés de plus de 50 ans. Le Conseil met aussi l’accent sur le rôle de la formation tout au long de son parcours professionnel. Il demande la mise en place d’une communication nationale pour encourager le recours au conseil en évolution professionnelle, un service gratuit d’accompagnement pour faire le point sur sa situation et son projet professionnel. Si cette première approche n’est pas suffisante et qu’un bilan de compétences reste nécessaire, le Cese préconise que ce dernier puisse être réalisé sur le temps de travail de façon généralisée. Enfin, il réitère son souhait de créer un contrat de travail assorti d’une aide financière aux entreprises pour accompagner le retour à l’emploi des chômeurs de plus de 57 ans.

https://www.capital.fr/votre-retraite/ces-pistes-pour-faire-travailler-les-seniors-plus-longtemps-1349795

  PUBLIÉ LE   MIS À JOUR LE